L’unité migration accueil (UMA) a vu le jour en juillet 2018. Elle est encore méconnue du corps enseignant. La création de ce pôle de compétences pour aider les jeunes allophones et les mineur.e.s non accompagné.e.s a été voulue par l’actuelle Cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC), Madame Cesla Amarelle et s’inscrit dans l’un des objectifs du programme de législature 2017-2022 du Conseil d’État. Selon le communiqué de presse, le but premier de ce dispositif, rattaché au DFJC et plus particulièrement au Service de l’enseignement spécialisé et de l’appui à la formation (SESAF) est d’apporter « un soutien pluridisciplinaire aux jeunes migrant.e.s allophones primo-arrivant.e.s au cours de leur parcours scolaire et de formation.»

L’UMA est coordonnée par un Conseil de direction constitué de Pierre Kolly (Coordinateur UMA et Directeur adjoint DGEO), de Véronique Weimer (Répondante DGEO et Responsable de l’unité scolarisation différenciée de la DP – Direction pédagogique – DGEO), de Christophe Blanchet (Responsable des délégué.e.s régionaux.ales UMA), d’Étienne Corbaz (Responsable du Portail migration) et de Céline Kamoo-Weber (secrétaire UMA). À celui-ci s’ajoute un Conseil de direction élargi qui comprend un.e représentant.e de l’EVAM, le CSIR (Centre social d’intégration des réfugiés), le BCI (Bureau cantonal pour l’intégration des étrangers et la prévention du racisme), le SUPEA (Service universitaire de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent), l’Unisanté et un adjoint au médecin cantonal.

Cette nouvelle entité a été présentée à toutes les directions d’établissement du canton en février 2020. Tous les  enseignant.e.s y ont donc accès et peuvent  ainsi bénéficier de ses compétences  pour tout ce qui concerne l’allophonie dans leur établissement. Sa mise en place est prévue pour être étalée sur trois années pour parvenir à un fonctionnement optimal. C’est pour cette raison qu’à l’heure d’aujourd’hui, toutes les prestations ne sont pas encore accessibles.

Les missions de l’UMA sont aussi vastes que variées ; l’équipe peut apporter un soutien et une expertise dans le domaine de l’allophonie avec une veille scientifique (en cours de création).  Celle-ci se penche également sur un point crucial dans l’intégration des élèves allophones, celui de la collaboration et coordination des intervenant.e.s de l’accueil. Nous aurons accès, dans les prochains mois, par exemple, à des procédures facilitant les transitions entre les cycles primaire et secondaire I ou entre  les cycles secondaires I et II ainsi qu’entre les établissements.

Mais en quoi cette unité peut-elle nous soutenir dans l’intégration des élèves allophones dans notre établissement ? L’UMA souhaite informer et être un pôle de ressources sur l’allophonie. C’est sur ce point qu’interviennent les délégué.e.s régionaux.ales. Ils.elles sont des enseignant.e.s spécialistes de la migration. Ils.elles sont des répondant.e.s connaissant parfaitement la région dans laquelle vous enseignez et  peuvent donc être un soutien au plus proche de vos préoccupations. La liste des délégué.e.s est disponible sur le site Internet de l’UMA. Ils.elles sont réparti.e.s selon les régions DGEO.

Leur travail s’est tout d’abord concentré sur le soutien des directions dans la mise sur pied d’un dispositif de l’entretien d’accueil lors de la première rencontre avec la famille de l’élève allophone. Dans ce but, un ensemble de documents a été envoyé par voie officielle à toutes les directions du canton. Il y a notamment un guide pour l’entretien d’accueil ainsi que des annexes qui proposent des modèles de tests de positionnement dans les langues premières  des élèves. Le canevas envoyé est bien évidemment adaptable selon le contexte d’enseignement et d’apprentissage. L’UMA souhaite que l’entretien d’accueil devienne obligatoire et systématique dans l’ensemble des établissements du canton de Vaud. Celui-ci devra également être intégré au dossier scolaire de l’élève.

Par la suite, la prochaine mission sera de développer un recueil de ressources (tests et moyens pédagogiques, par exemple) pour les enseignant.e.s. Ces moyens seront ensuite mutualisés. Les délégué.e.s régionaux.ales ambitionnent de réunir les enseignants.e.s de l’accueil de leur région pour regrouper  les ressources  et ainsi  améliorer l’efficacité des procédures existantes localement. Ceci sera appuyé par la création de plusieurs formations spécifiques. La mise en place de ces ressources est en cours d’élaboration, on ne manquera pas de vous informer quand nous en saurons plus.

En outre, il existe déjà une plateforme mise en ligne pour répondre à la demande de l’enseignement à distance lors de la crise du COVID-19. Elle rassemble un certain nombre d’informations organisationnelles mais également pédagogiques. Elle évolue de jour en jour.

Pin It on Pinterest

Share This