Voici quelques semaines, le DFJC a lancé une opération évaluation de l’enseignement des mathématiques. Le courrier à ce sujet montre assez clairement que l’intention n’est pas tant les mathématiques et leur enseignement que de trouver une entrée supplémentaire pour l’inénarrable numérique. Une récent article de 24 heures en rend d’ailleurs compte. Dans le cadre de la consultation, bons élèves, nous avons dit qu’il fallait des ajustements pour le matériel pour les classes de VG. Arrive maintenant un questionnaire, adressé à tous les enseignant-e-s, assez stupéfiant pour tout dire.

Sous couvert de consulter les enseignant-e-s sur l’enseignement des mathématiques, on trouve de tout dans ce sondage (pardon, cette “enquête”). Il y est question de la légitimation du cadre actuel de la formation des maître-sse-s (3 ans pour le primaire, 5 pour le secondaire 1), ou du sempiternel appel à plébisciter la formique pratique au détriment de la théorie (qui croit encore que cette distinction sommaire est encore opportune?).

Elle ne porte pas seulement sur les mathématiques mais sur l’enseignement en général, sur la formation continue, sur les méthodes de travail applicables à toutes les branches (faut-il privilégier le drill, le travail de groupe, etc.). Certaines références n’ont aucun sens dans les pratiques professionnelles (“centre de ressource” par exemple). D’autres relèvent de véritables préoccupations, comme la place du genre, mais tombent du ciel sans explications. On trouve enfin de pures provocations comme l’idée d’évaluer les enseignants à travers les résultats aux épreuves communes, ou une question sur l’évolution du “niveau” en mathématiques. On connaît la réponse…

Ce n’est pas une enquête, c’est n’est même pas un questionnaire. C’est du “fishing”, Le DFJC vient chercher un appui auprès du corps enseignant sur une série d’objets. Le tout est de savoir dans quel but.

En plus, il est possible de remplir autant de fois le questionnaire qu’on a de temps à perdre à le faire. Les informations qui en seront issues seront donc de toute manière sans aucune valeur.

Notre mot d’ordre: si le questionnaire était en papier, notre conseil serait d’en faire des cocottes! Affichette à télécharger et à afficher en salle des maître.sse.s

De manière, sur le numérique à l’école on lira toujours avec intérêt la Lettre des gymnases n° 78 “Aux arriérés du numérique et à la nouvelle ministre du temps libre” et “La formation numérique, un Cheval de Troie: vers un formatage des institutions dans une école sans enseignants?” par Peter Hensinger, paru dans Horizons et débats en juillet 2017. On regardera aussi avec intérêt la conférence d’Alain Damasio.

Pin It on Pinterest

Share This